Elections 2018 : le déficit de communication de la CENI prive certains électeurs de leur droit civique

Elections 2018 : le déficit de communication de la CENI prive certains électeurs de leur droit civique

2 janvier 2019 0 Par Rédacteur
Please follow and like us:
Facebook
Twitter
LinkedIn
Instagram

La CENI n’a pas suffisamment communiqué sur l’affichage des listes électorales. Ce déficit de communication a  contribué à la privatisation de droit civique des certains électeurs qui, pour la plus part n’ont pas pu voter. Leurs noms ne se figuraient pas sur les listes affichées devant le  bureau de vote.

Le vote n’a pas encore commencé mais les électeurs sont déjà là, certains, désorientés par les listes électorales. Avant d’entrer dans le bureau de vote, il faudrait que l’électeur soit rassuré que son nom figure bel et bien sur la liste affichée devant le bureau de vote. Les uns ont trouvé facilement leur nom sur les listes des électeurs affichées par la Commission électorale nationale indépendante (Ceni). Tandis que les autres n’y figuraient pas.

Bamona Josée savait qu’elle n’avait pas le droit au moindre faux pas. Pour cette électrice, bien que tardif l’affichage des listes des électeurs dans le site de  l’EP Saint Antoine Depadoue à Bumbu, elle ne voit pas son nom sur toutes les listes alors qu’elle s’est faite enrôler dans ce centre.  « Que dois-je faire maintenant ? Comment la Ceni peut-elle me priver de mon droit de vote ? Alors que j’ai ma carte d’électeur obtenu dans ce centre !’’.

A côté du bureau de vote 1000710, un bruit abasourdissant retenti. Nguza Gaëtan est en face du président du centre. Il réclame : « Je suis venu réclamer, après affichage des listes électorales, que mon nom est mal écrit. Au lieu de Nguza, on avait écrit Kouz Gaëtan. La correction a été faite. Le président du Centre m’avait confirmé que la Ceni va corriger. Voilà que plus tard la Ceni a confirmé que les listes provisoires sont devenues des listes définitives sans pour autant corriger ses erreurs ».

Kabakele Robert, expert électoral s’appuie, à ce sujet, sur l’article 8 de la loi électorale du 06/006 du 9 mars 2006 qui stipule que : « la liste électorale pour l’ensemble du territoire, de la ville ou du groupement, des communes pour la ville de Kinshasa suivant le cas est affichée pour consultation , au bureau de l’antenne de la Ceni, au plus tard quinze jours avant la date du scrutin ». Sur ce plan, Marco Kapuka, conseiller juridique de l’Union démocratique Africain explique : « les médias ont appelé la population à consulter les listes qui ont été affichées par la Ceni selon l’article 38 modifié par l’article 3 de la Loi n° 16/007 du 29 juin 2016 portant identification et  enrôlement des élections.

Insuffisances du scrutin

Quand le vote débute, malgré le retard accusé et l’absence des délégués de certains candidats, le bureau de vote n’a pas de l’encre indélébile. « Nous craignons beaucoup que les électeurs votent sans encre indélébile. Les malins peuvent voter plusieurs fois », a déclaré Obi, président du bureau de vote.  A l’école Catholique de Movenda, Matondo Dinamwini la soixantaine révolue très lassée dit avoir passé plus d’une demie heure devant une machine à voter qui a planté par mauvaise manipulation du précédant votant.  « Moi, j’ai passé au moins 5 minutes parce que l’agent de la Ceni m’a aidé a pointé les candidats ».              

A l’Athénée de la victoire, l’atmosphère n’était donc pas à la sérénité au moment de la panne d’une machine à voter. Après quelques sollicitations à la patience par la Ceni, aux environs de 18 heures, les électeurs ont hurlé à la tentative de fraude. « La machine à voter facilite le vote mais nombreux sont ceux qui ne maitrisent pas la manipulation. La sensibilisation a été faite vaille que vaille et la hâte. Si nous à Kinshasa nous rencontrons cette lacune qu’en sera-t-il de ceux qui sont à l’intérieur du pays », s’est plaint Mwanza Justine, habitant le quartier Christ Roi.  Rencontré dans les bureaux de vote, le Togolais Saidou Compaoré, observateur international, dit avoir assisté à des polémiques sur la lenteur de la Machine à voter, le retard à l’ouverture et au dépouillement des bulletins.

Par ailleurs, il fait savoir : « Nous avons constaté une affluence remarquable au niveau de la plupart des bureaux de vote visités laissant présager un taux de participation acceptable ».

Peter Tshibangu

Please follow and like us:
Facebook
Twitter
LinkedIn
Instagram